Château rouge

Château / Urbex / 31 juillet 2016

J’ai bâti de si beaux châteaux que les ruines m’en suffiraient. [Jules Renard]

L’aventure continue !

Voici le tout premier spot qui a pu être fait lors de l’excursion d’août 2015, l’équipe pratiquement au complet ! En réalité, le véritable premier site visité a été « La maison aux cornichons » dont l’article vient d’être publié. On va dire qu’il s’agissait d’un endroit « bonus ». L’exploration n’était pas vraiment prévue et puis elle s’est improvisée sur un coup de tête lorsque nous sommes passés devant le spot.

En ce qui concerne le « Château rouge » l’exploration était cette fois-ci désirée, étant donné que l’endroit avait été au préalable balisé sur le net.

Le jour J

L’exploration de ce spot s’est ainsi déroulée en début du mois d’août, sous un soleil radieux. La visite s’est faite durant la même semaine que celle du « Château BC » dont l’article est paru il y a quelques mois maintenant. C’est pour vous dire comme l’exploration a pu être appréciée.

Matériel préparé et chargé dans la voiture, cette dernière est alors prise direction l’endroit balisé sur la toile. Question tranquillité, on ne peut pas rêver mieux : le château est perdu en pleine campagne, entre deux prairies au milieu d’arbres. La voiture est garée un peu plus loin, d’abord car le chemin n’est pas praticable à moins d’avoir un tout-terrain, et surtout pour accéder au spot en toute discrétion. L’accès se fait donc par un chemin de terre, à pied.

L’équipe

Nous étions Xav et moi-même présent pour l’excursion. Fred est venu se greffer au groupe pour partager ce moment.

L’arrivée

Arrivés au pied de la façade, celle-ci laisse apercevoir une architecture intéressante. Par contre le château est entièrement ravagé. La nature a vraiment repris ses droits dans l’édifice et il n’y a malheureusement plus grand-chose à voir.

Les photos de la façade s’enchaînent, sous tous les angles. L’endroit est plaisant, tranquille en pleine campagne sous un magnifique soleil. C’est pratiquement bucolique. Ainsi, pendant plusieurs minutes les instants sont savourés et le silence qu’imposent les lieux est apprécié. C’est agréable de pouvoir jouir de la plénitude d’un endroit sans être sur le qui-vive. Ici, les instants en extérieur peuvent tarder car personne aux alentours n’est à redouter.

Château rouge 2

Après plusieurs minutes à l’extérieur à prendre des photos et contempler l’endroit, l’entrée est tentée. « Nous tentons », non pas qu’il n’y a pas d’accès, loin de là, mais plutôt dans le sens où il est nécessaire d’évaluer les risques. En effet, le spot est en ruine et donc réellement dangereux. Il faut donc faire attention à tous les risques et dangers potentiels qui peuvent se présenter.

L’intérieur du château

Une fois dedans, les dégâts ne peuvent qu’être constatés. Une des salles, située juste sur la droite en entrant, devait correspondre au salon. Maintenant, elle fait place à la végétation et aux gravats des étages. Car les étages, il n’y en a plus, la question est réglée, ils ne pourront pas être explorés. Ainsi, de ce salon, la vue sur le ciel est directe.

Château rouge 3

Une des tours peut être visitée. À l’intérieur il reste quelques (mais vraiment « quelques ») petites choses. Les photos à l’intérieur de l’édifice sont vite réalisées, étant donné que les angles de vue ne sont pas évidents et qu’il n’y a plus grand-chose d’exploitable. Ce qui était craint à l’extérieur est maintenant confirmé à l’intérieur : il n’y a plus rien…

Château rouge 4

L’histoire

Le château étant vide, aucun document n’a été trouvé à l’intérieur. Pour son histoire, il faut se tourner vers le village qui abrite l’édifice ou sur la toile. Au final, peu d’informations ont été retrouvées. Le château a appartenu à une personne de la région, qui l’a fait construire vers le milieu du XIXème siècle. Pour l’époque c’était une construction moderne, relativement peu complexe. En effet, le château n’est en fait qu’un bâtiment rectangulaire sur lequel se sont greffées deux tours circulaires de chaque côté de la façade.

Le château est de style gothique et a été fabriqué à partir de pierres rouges, d’où son nom pour ce billet : « Château rouge« . Une petite subtilité architecturale néanmoins : l’avant-corps rectangulaire au centre de la façade principale, qui se démarque et forme une sorte de tour.

Le château a été inhabité pendant plusieurs années. Il a été abandonné du fait que les successions ont été longues à se mettre en place et surtout du fait que les héritiers n’ont pas pu investir dans la restauration, ce qui est souvent le cas pour ce genre de spot. Suite à l’abandon, l’édifice a été pillé puis vandalisé et il a également subi un incendie ce qui explique son état actuel.

Les dépendances

La sortie est vite gagnée, une fois dehors la direction est prise vers l’arrière du château, où une dépendance se fait remarquer dans la végétation. Une fois dedans, l’intérieur laisse apercevoir des choses sympathiques.

Ainsi, une grande et vieille cheminée est aperçue, avec des morceaux de bois dans son foyer rudimentaire. À l’entrée de cette même pièce de la dépendance, une vieille cuisinière survie, avec une chaise à ses côtés.

Château rouge 5

Le grenier laisse entrevoir une belle charpente avec bon nombre d’objets qui survivent encore. C’est intéressant de pouvoir découvrir cela, des objets agricoles du début du XXème siècle. Les découvertes ne sont pas folles, mais c’est toujours sympa de pouvoir voir des choses pareilles.

Château rouge 6

Après être redescendus, la direction vers la pièce d’à côté est prise. Cette dernière pièce recèle de trésors qu’il est très appréciable de découvrir. Ainsi, une machine agricole est située sur un socle en pierre. Elle a bien vieilli et le métal est rouillé. Au fond de la pièce une vieille charrette attend une seconde jeunesse. Enfin une dernière charrette à bidon attend également un retour à la vie, elle devait être l’ancêtre des remorques de tracteur transportant les liquides actuellement.

Château rouge 7

Une autre dépendance est observée dans les champs. À l’intérieur, plus grand-chose d’intéressant à voir malheureusement.

Château rouge 8

C’est la fin

La visite est vraiment agréable avec le soleil qu’il y a dehors. C’est simplement dommage de ne pas avoir pu découvrir d’autres objets et surtout que le château soit dans cet état lamentable. En son temps il devait être magnifique et nous aurions donné n’importe quoi pour le visiter quelques années en arrière, avant sa destruction aussi avancée.

Son devenir est encore incertain, il est pour le moment laissé à la merci de la nature, qui s’occupe plutôt bien de son cas…

Après être repassés devant la façade, le retour à la voiture se fait ainsi que le départ, vers d’autres aventures !

Petite dédicace à Fred, qui se reconnaîtra. Pour découvrir les photos de cette exploration, c’est juste en dessous, comme d’hab :).


Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,




Article précédent

La maison aux cornichons

Article suivant

Château de la vipère





Vous devriez aussi aimer



2 Commentaires

sur 5 September 2016

Jolies photos! J’aime beaucoup l’architecture extérieure de ce château, et sa couleur pastel qui lui donne beaucoup de charme :)

    sur 17 September 2016

    Merci Astrid ! Ce château est très discret et du coup très agréable à visiter. En plus, le jour où nous avons pu faire l’exploration, le beau temps était au rendez-vous et c’était très plaisant. Effectivement sa couleur pastel lui donne un petit quelque chose particulier que l’on ne retrouve pas souvent dans les explos, et qui lui donne son charme.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire la suite

La maison aux cornichons

Les cornichons ne sont pas tous dans les pots. [Proverbe canadien] Le retour du retour Voici notre second article 2016...

18 July 2016
UA-40202717-1