Chaux dans la garrigue

Industriel / Street-art / Urbex / 19 juillet 2013

Sous ses pieds on entend craquer les os de la garrigue. [Jean Giono]

Exploration hors Auvergne !

C’est en Provence qu’UrbexElement vient se perdre ! Il reste encore plein de spots à découvrir dans la région Auvergne, mais c’est bien de voir un peu du pays aussi et de bouger. Découverte de cette usine abandonnée, dans un décor de rêve à couper le souffle. En effet, cette dernière est implantée en plein milieu de la garrigue ! C’est parti pour une visite guidée.

L’entrée plus que magnifique.

Ce spot est bien caché. Les accès principaux ont été fermés. Rien ne peut être vu de la route. Pas d’autres solutions que d’accéder au site par la garrigue. Au final, cette unique solution s’avère être une bénédiction. Le paysage est juste sublime. Que rêver de mieux que de visiter une usine perdu au milieu d’un paysage paradisiaque sous un soleil magnifique ?

DSC_4281

Les chemins sont tout tracés. Au sol, certaines pierres sont « marquées » d’un graff représentant une flèche. En fait, le spot est connu par les graffeurs et du coup ils jouent aux guides. Le concept est plutôt marrant et original.

DSC_0001

Les collines sont parfois abruptes et une impression de ne pas être dans la bonne direction se fait ressentir. Seulement voilà, au tournant d’un chemin, les éléments d’une usine abandonnée se font apercevoir. Ainsi, une vieille cuve se cache derrière les arbustes et les toits pointent le bout de leur nez.

DSC_4282

Il est clair maintenant que c’est la bonne direction. Sur la route, des carcasses de voitures sont calcinées, des pans de falaise sont graffés.

DSC_4288

Vue sur le site.

L’approche de l’usine est maintenant faite. Elle est à portée de main. La vue est juste magnifique. En hauteur, tout le complexe peut être vu. Ainsi, ce ne sont pas moins de quatre bâtiments qui composent le site.

DSC_4298

Sur ce point de vue, une cuve graffée est présente, seule. Elle est aux côtés de piliers en béton, dont l’utilité est inconnue. Aucune trace d’une éventuelle partie de bâtiment dans ce secteur.

DSC_4300

Le lieu d’implantation de cette usine est juste magnifique. Le décor plonge directement dans une atmosphère irréelle. Une vague impression d’être dans un film, James Bond ou un bon action movie dans le même genre pourrait facilement trouver sa place ici.

Exploration du premier bâtiment.

Direction un des bâtiments, un peu à part des autres. La toiture est toujours là, mais bien endommagée quand même. Les murs sont entièrement graffés.

DSC_4308

A l’intérieur, c’est le chaos. Les murs sont en partie éboulés, il y a des graffs de partout (et pas forcément du travail d’artiste…) et un Skate Park est là.

DSC_0033

En progressant vers les autres bâtiments, d’autres carcasses de voitures jonchent en pleine nature. Aucune envie de savoir d’où elles viennent et comment elles ont atterri ici.

DSC_0042

Exploration du second bâtiment.

Le bâtiment central, immense, est rejoint par l’arrière. Une belle arrivée. En effet, le mur entier est recouvert de graffitis. Mais cette fois, c’est du travail d’artiste. Ils sont tous plus beaux les uns que les autres. Pour la petite histoire, c’est le Wall du spot. Pas mal de bons graffeurs de la région Provence et surtout de Marseille viennent ici exposer leur art. Ce Wall change régulièrement de visage. Eh oui, la dure réalité du graff c’est que c’est un art éphémère.

Pano

Le bâtiment n’a pas d’histoire définie. D’ailleurs, le site entier n’a pas d’historique. Un réel mystère règne quant à l’utilisation de cette usine. Est-ce qu’il s’agit vraiment d’une usine ? Peut-être était-ce simplement un entrepôt. Dans tous les cas ce grand bâtiment central y fait fortement allusion. Il ne possède plus de toiture mais les structures et charpentes en métal sont toujours là. Toute la déco intérieure est faite de graffs. Certains valent le détour.

DSC_0059

Dans l’enceinte de « l’entrepôt », une carcasse de voiture calcinée est là, encore une de plus. Mais elle est remplie de bombes de peinture.

DSC_0061

Sur le côté, une petite « maison » est présente. Elle est entièrement vide. L’intérieur est complètement brulé.

DSC_0072

Après maintes recherches, le site n’a pas d’histoire. Pourtant, il a l’air d’en avoir, de l’histoire à raconter. Les structures datent quand même et il est clair que ce spot n’est pas récent. Les seules informations trouvées et recoupées laissent à penser qu’il pouvait s’agir d’une usine à chaux, mais sans certitude absolue.

Exploration du dernier bâtiment.

Progression alors vers le dernier grand bâtiment, tout aussi intrigant. Ce dernier renferme de nombreux casiers, dont l’utilisation est inconnue. Ce type de structure n’a jamais été vu avant, même dans les entreprises encore en activité. Aucune idée du but et de l’utilité.

DSC_0090

Dans le fond, une machine est encore présente. Le seul vestige du site. Il s’agit d’un tapis roulant qui est souvent présent dans les usines qui traitent les matières premières comme la roche et les minéraux, et dans les mines.

DSC_0113

L’armature est rouillée, mais encore solide. La montée au sommet offre un point de vue fort sympathique.

DSC_0111

Sur le côté, une autre machine est présente, dont l’utilisation est inconnue. Probablement une vieille chaudière, sans conviction.

DSC_4466

​La visite s’achève ici pour ce spot de Provence, bien sympathique et agréable. Une usine au milieu de la garrigue avec le soleil, c’était juste l’idéal.

Ce site est très intéressant pour les personnes qui apprécient le graff, mais il ne possède plus grand-chose d’un point de vue matériel.
Il se fait une seconde vie tranquille, les graffeurs viennent poser leur marque sur les murs, les zones sont délimitées et respectées. Ainsi, le premier bâtiment, un peu exclu, est réservé aux graffeurs débutants. Le bâtiment central est réservé aux graffeurs expérimentés. C’est également un spot pour l’airsoft et le paintball. Le jour de la visite, des « commandos » étaient présents. C’est aussi un spot bien squatté par les riders de motocross, le terrain se prêtant à la perfection.
Malgré tout cela, la dégradation de ce spot n’ira pas plus loin, à moins que des bulldozers débarquent… Il peut donc encore couler de beaux jours devant lui.

Merci à Fred, Diego et Alvaro pour nous avoir fait découvrir ce lieu et d’avoir fait la visite « guidée » avec nous, vous vous reconnaîtrez :-).

La galerie photos de cette usine au milieu de la pampa est juste là, cliquez sur ce lien pour accéder au Flickr !


Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,




Article précédent

Télévix 1600

Article suivant

L’âge d’or des meuniers





Vous devriez aussi aimer



3 Commentaires

sur 22 January 2014

C’est un super endroit ! Ce lieu est en fait aussi un lieu de rencontre pour des batailles de paint ball.
Et pour la petite histoire de la maison calcinée, la raison est toute simple, les pompiers se servent de cette partie du site pour s’entraîner ;).

    sur 23 January 2014

    Merci Kali pour ces indications ! On s’était déjà renseigné ;-)
    On a eu droit à tout le jour de la visite : jeunes graffeurs, un rider de motocross et des gens qui faisaient de l’airsoft… Nous ne sommes pas fan de tout cela, on trouve que la dégradation des lieux se fait plus rapidement avec ces gens, mais bon, c’est vrai que l’endroit est maintenant bien abîmé et se prête bien à ça. Et puis après c’est « leur terrain ».

    Par contre merci pour l’histoire de la maison calcinée, on ne savait pas pour le coup :-)

sur 28 March 2017

Hello,
Une de mes premières explorations quand j’ai commencé.
Il y avait des teams d’airsoft qui jouaient et nous ont laissé tranquilles. De quoi donner une vraie ambiance de guerre aux photos.
ça casse pas trois pattes à un canard, compte tenu de l’état des lieux (je prefère quand les sites ont encore des objets, et sont encore en bon état) mais c’est sympa à faire.
Bonne continuation ;)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire la suite

Télévix 1600

La chambre d'hôpital est un cocon insidieux qui, petit à petit, rend effrayant l'espace réel de l'extérieur, même le couloir....

9 July 2013
UA-40202717-1